Les conflits dans la famille - Geraldine King

Mon blogue

Les conflits dans la famille

Les conflits dans la famille - Geraldine King

Je suis issue d’une famille de quatre enfants, deux garçons et deux filles, dont je suis la fille aînée. Petits, on jouait ensemble, on se disputait, on se taquinait, on se mettait en colère, mais on se pardonnait aussi facilement. Pour les enfants, l’important, c’est d’avoir quelqu’un avec qui s’amuser. Plus tard, comme le temps passe vite, nous avions tous bien grandi, et maintenant, nous sommes des adultes. On ne se dispute plus pour des jouets comme avant, mais pour des raisons bien plus sérieuses. Le conflit d’héritage est une situation très fréquente dans les affaires familiales, et c’était notre cas, suite à un partage inégal. Notre frère aîné s’est arrangé pour que leurs parts soient plus grandes que les nôtres, en prétendant que logiquement, les filles ne doivent pas avoir plus d’héritage. Cela, étant donné qu’elles vont partir ailleurs pour se marier, et ne pourront pas s’en occuper. Bien sûr, nous avons contesté, car c’était injuste. Pour nous, ces biens représentaient un symbole marquant l’amour de nos parents, une raison pour laquelle on réclamait une division égale. Un arrangement à l’amiable a été tenté, mais cela n’a rien changé. Au fait, on se disputait pour une maison familiale qui devait être divisée en quatre. D’autant plus, le problème s’était élargi, jusqu’à ce qu’on ne se soit plus rendu visite, ni même se parler. La cupidité de nos frères a détruit l’union de la famille. Au final, nous avons eu recours à la loi pour trancher. L’affaire a donc été traitée par un juge. Durant l’audience, le juge a précisé que tous les enfants naturels héritent de part égale, que ce soit une fille ou un garçon, sans distinction de sexe. Sur ce, nos frères n’avaient plus rien à dire, car ils étaient contraints d’appliquer la Loi. Une fois que le partage de la maison était fait, chacun pouvait s’occuper de sa part. Dans mon cas, des travaux de rénovation ont été requis comme de repeindre la porte et fenetre principale de la maison familiale que j’ai acquise, qui semblaient trop vieilles à mon goût. J’ai aussi entrepris de renforcer les serrures. Petit à petit, nos frères se sont rendu compte de leurs fautes, et le jour où ils se sont excusés, j’ai versé des larmes. J’étais tellement heureuse de revoir la famille réunie et de savoir que notre problème était résolu. Pour ce, nous avons commencé par raconter, autour d’un repas, nos souvenirs d’enfance, et les moments passés ensemble.