Mon choix de table - Geraldine King

Mon blogue

Mon choix de table

Mon choix de table - Geraldine King

Je cherchais une table basse pour mon salon. J’avais, tout d’abord, pensé à un meuble fonctionnel aux angles aigus, et au charme empreint de modernité. Noire, elle devrait être facile à déplacer et élégante, trois critères qui furent difficiles à trouver ensemble. Je vis un modèle qui me plaisait dans un magazine en ligne. Un plateau blanc glissait pour s’ajouter au plateau noir de la table. Malheureusement, le modèle n’était plus fabriqué. Pour l’avoir d’occasion, j’aurais quelques difficultés. Le temps me manquait. Une table « deux en un » failli être mon choix. En forme de bulle de bande dessinée, le centre se détachait pour en faire un tabouret. Je regardais les mesures. Elles étaient trop petites et mon salon trop grand. Des tables comme elle, il m’en aurait fallu deux ou trois pour que cela soit accessible de partout dans le salon.

Je regardais l’heure sur mon téléphone. Mes recherches ne devaient pas être trop longues, car j’avais un rendez-vous avec mon conseiller en gestion de patrimoine. Sur un site marchand, j’eus la surprise de voir ce que je souhaitais. En fait, ce n’était pas du tout la table que j’avais imaginée pour mon salon, mais elle s’accorderait avec les boiseries claires, et le parquet de chêne blond. Elle ressemblait à banc de tapissier, en plus grand. L’originalité de cette table résidait dans son plateau. Il se glissait pour laisser apparaître des casiers, où je pourrais ranger plusieurs petites choses que je garde toujours à portée de main. Je choisis un coloris jaune moutarde.

Environ dix jours après que je passe la commande, la table était livrée. Je m’empressais de la mettre dans mon salon. J’aurais des invités, dont mes parents, le soir même et je souhaitais connaître leur opinion sur ce choix ; je ne tardais pas à en avoir connaissance, car dès leur arrivée, mes parents réagirent. Ma mère me félicitait, tandis que mon père me recommandait de bien entretenir le cuir qui revêtait la table. Je leur montrais le plateau coulissant, et ils furent étonnés de tant d’ingéniosité. Les amis, que j’avais conviés à se joindre à nous ce soir-là, étaient plus mitigés. Louis avait des vues bien particulières sur la décoration d’intérieur, et la table que j’avais choisie ne correspondait en rien à ses critères de beauté. Son épouse, Lucinda, voulait la même table pour son appartement. Elle réussit à convaincre son conjoint, et elle repartit avec l’adresse de mon fournisseur.