Tout commença par un accident... - Geraldine King

Mon blogue

Tout commença par un accident...

Tout commença par un accident... - Geraldine King

Juste avant cette fin de semaine, j’avais senti qu’une grippe commençait à agir sur moi. Je suis restée à la maison, et j’ai aussi profité de ce moment seule chez moi, pour faire le point avec un nouveau conseiller financier St-Lambert. Si je m’étais déplacée, si j’étais allée voir mon frère, comme je l’avais prévu, je n’aurais jamais pu rencontrer Anna. Elle m’a poussée dans la voie professionnelle que je poursuis actuellement, notamment. Son influence a été immédiate, même si notre rencontre n’a pas été très chaleureuse. Je marchais sur un trottoir, quand j’ai senti une épaule heurter la mienne. Je tenais un sac à la main, de petite taille, et je l’ai lâché. Tout son contenu s’est répandu sur le sol. J’étais un peu en colère contre cette personne, qui m’avait bousculée sans même se retourner. Elle ne s’était même pas excusée. Alors, j’entendis des talons claquer. Une voix féminine me demanda si je voulais être aidée. 

Je voulais refuser, mais la femme se pencha, sans attendre ma réponse, et elle commença à rassembler les objets éparpillés sur le trottoir. Je l’ai remerciée de sa gentillesse, et elle m’a répondu qu’elle se sentait obligée d’agir ainsi. Elle continua et m’expliqua qu’elle m’avait, accidentellement, donné un coup dans l’épaule. Elle devait prendre un article dans une boutique, avant sa fermeture. Elle n’avait pas pu s’arrêter, et elle me demandait de lui pardonner son attitude. J’hésitais entre une colère légitime et une envie de l’excuser de cet incident. Je choisis la seconde option. Lorsque tout fut remis dans mon sac, la femme se présenta sous le prénom d’Anna. Elle avait récemment déménagé dans cette rue, mais elle n’avait que peu de contacts dans notre ville. 

Elle m’invita à prendre un bon repas dans un restaurant pour que je ne lui en veuille plus, et pour que nous continuions notre discussion en étant assises. Nous avions une passion commune pour les plantes et le jardinage, comme nous l’avions découvert. Elle avait vu que j’avais un marque-page avec une petite fleur des champs, et elle me l’a tendu en me précisant le nom latin de la plante. Je le connaissais, moi aussi, et cet indice d’un intérêt pour la botanique m’a poussée à continuer notre discussion sur ce sujet. Nous avons été surprises de découvrir tous les points en communs que nous avions, dans nos vies comme dans nos goûts. De ce jour, nous n’avons jamais cessé de nous revoir, et notre amitié est ainsi née.