Un choix qui m'appartient - Geraldine King

Mon blogue

Un choix qui m'appartient

Un choix qui m'appartient - Geraldine King

Je ne sais pas quel chemin prendre. Je veux faire un changement de direction dans ma vie, et je cherche à me trouver un moyen de devenir un peu plus autonome. Je ne sais pas si je vais éventuellement travailler à mon compte, mais ce serait un rêve qui pourrait se réaliser. Ça m’intéresse énormément.  Mais en ce moment, je regarde rapidement mes options.

Bientôt, il y aura une formation d'injection de botox qui sera donnée au centre d’esthétique où je vais pour mes traitements, en plus d’un cours sur l’électrolyse. J’inspecte aussi le prospectus de la fabrication de savons faits à la main, car ça aussi, ça pourrait être intéressant. Sinon, il y a encore l’université, mais je ne sais pas si j’ai envie d’aller m’asseoir sur un banc d’école pendant trois ans. Par contre, rien ne m’empêche de suivre un cours par-ci, un cours par-là, pour m’informer au sujet de certains aspects du marketing, et de l’administration que je ne connais pas, ou encore apprendre à faire mon propre site web. Par la suite, je pourrais aussi me rattraper sur ce qui m’importe quant aux types de communication qui sont préférables pour rejoindre la clientèle que je voudrais cibler.

Ma mère ne m’encourage guère dans ce processus. Mais comme je lui ai dit, je vais choisir ce qui me plaît. Ce qui lui fait peur, c’est que je me retrouve mal prise avec une petite entreprise qui ne rapporte presque rien. Pourtant, je ne m’en vais pas dans un domaine qui est trop jeune, ou qui ne reçoit pas de clients. Ce que je fais, c’est tenter de me fixer dans un champ de travail qui va m’assurer un bon revenu. Je ne sais pas ce qui lui passe par la tête. Pourtant, elle sait que ce que je fais va être bon, car elle-même, elle prend des rendez-vous chez ce type de fournisseur de services où elle achète des savons faits à la main. Ce n’est rien de nouveau pour elle. Donc, pourquoi je me fais chicaner autant que ça ? J’aimerais bien qu’elle comprenne.

Heureusement, je n’habite plus avec elle depuis deux ans. Je ne serais plus capable de tolérer ses petites crises d’insécurité, quand elle sent que je cherche à prendre ma vie en main, et que je ne suis pas en train d’écouter ses conseils. Je vais faire ce que je veux, et je vais foncer dans mon domaine. J’ai déjà hâte de commencer mes cours, et de suivre les formations nécessaires.